NAN.....

 

Comme la maison me parait vide..je n entendrais plus ta voix…Cela me semble encore impossible, je viens de fouiller un peu partout, tes recettes de cuisine, de vieilles photos jaunies, d autres qui m ont fait froid dans le dos, des hommes masqués, armés… et pourtant tu ne me parlais jamais de notre guerre mais c’était toi mon héroïne, j’étais si fière Nan que tu sois ma grand-mère, j ai souvent regretté de ne pas  m appeler comme toi…Plein de souvenirs remontent…tes colères quand je désobéissais ou je tenais tête, tes larmes au téléphone lorsque j ai été diplômée…tout cet amour que tu m as donné, que tu m as appris..Aussi bornée que toi, j aurais aimé avoir tes yeux, je te trouvais si belle, j aurais aimé te ressembler….


Perdue dans mes pensées, j’écris dans ton salon, une tasse de thé pour compagne, de l eau plein les yeux… Il y a toujours ce vase sur la table avec une orchidée faite en je ne sais quoi  « une orchidée parfaite » me disais tu  malicieusement, « elle ne se fanera jamais »

Mes yeux se remplissent  de larmes, mon cœur saigne…La mort, je vis avec, mais la tienne je ne peux l accepter. Dis-moi Nan, quand pourrais-je de nouveau sourire ?

Mon âme est vide, j ai mal à la tête…j ai mal partout..Tu étais tout pour moi…En cet instant, ma vie me semble si superficielle…J’ai perdu une partie de mon cœur, il ne battra plus jamais comme avant Cela me semble impossible, je vais me réveiller de ce cauchemar…Je vais te voir apparaitre dans l embrasure la porte…mais non…Tu es en paix maintenant, je le sais mais, pourquoi ai-je donc envie de hurler …de hurler « et moi Nan, tu as pensé à moi » ?

Mon cœur empli d égoïsme voudrait que tu sois là, que tu me serres contre toi, que tu me fasses rire, même tes leçons de morale en cet instant je les accepterais…Mais je sais au fond de moi que tout cela ne sert à rien…J’avais toujours évité de penser que ce moment arriverait, qu’ un jour je te perdrais et que pour moi ce serait la fin d un monde…Tu es partie, près de Dieu, vers de lointains paysages dont je ne recevrais aucune carte postale et je sais qu’un jour on se retrouvera…but not yet….pas tout  de suite…et de temps en temps Nan, penses à venir me rassurer et chasser mes peurs..

LauReen

 

 ELEANOR FITZGERALD

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site